Bla bla bla

(Crèche ou assistante maternelle ?) Le parcours du combattant …

Avec la V1, j’ai pu tester les 2 modes de garde : assistante maternelle et crèche.

La V2 est née et dans quelques mois, je vais aussi devoir l’abandonner le confier à quelqu’un. Alors, c’est le moment de faire le bilan de ces 2 modes de garde et de voir dans lequel j’aimerais voir la V2.

Dans cet article, je vais donc t’expliquer mon expérience avec les assistantes maternelles.

La V1 est donc né et il est temps de trouver quelqu’un pour le garder quand je vais devoir reprendre le boulot (snif). Je n’ai pas de place en crèche (c’est le contraire qui m’aurait étonnée …), donc on part à la recherche d’une assistante maternelle (ou ass mat pour les intimes) … On a besoin d’une garde pour 4 jours par semaine, horaires réguliers et un peu plus de 10 heures par jour.

Soyons franc, la première mission est de trouver la perle rare, celle en qui on aura confiance. Et pour la trouver, on peut assimiler ça à un parcours du combattant (et encore, je trouve le mot faible). 

Voilà les différentes étapes que tu risques de devoir franchir pour trouver ta perle rare.

Etape 1 : Direction le RAM (quoi ? tu ne connais pas encore ce sigle ? bientôt il sera ton meilleur ami ! enfin, sinon, c’est le Relais d’Assistante Maternelle) pour récupérer la liste des assistantes maternelles.

Et cette fameuse liste, elle contient les coordonnées des assistantes maternelle et ses places pour les enfants. Et si tu veux d’autres infos (présence d’animaux, fumeuse, accueil des périscolaires, utilise la voiture, …) et bien tu n’as pas le choix, faut appeler ! La responsable du RAM refuse de donner des infos sur les ass mat : elle n’a pas le droit. Mouai, mais là, avec une liste de 50 noms, on sent la galère arriver. T’es parti pour embaucher quelqu’un avec uniquement son adresse ! En fait, c’est très mal parti.

Etape 2 : Tu fais un premier tri et tu commences à contacter les ass mat.

« Bonjour Madame, je vous appelle car je suis à la recherche d’une ass mat pour garder mon fils » et souvent « Ah mais non Madame, je n’ai plus de place. »

Arggg, ça commence bien, la liste n’est pas à jour, je commence à râler.

Etape 3 : Tu refais un tri, tu continues à appeler et tu prends rendez-vous avec certaines.

Tu vas donc chez l’ass mat. Et là, tu peux avoir certaines surprises :

  • maison non sécurisée : « C‘est sympa cet escalier en plein milieu du salon »,
  • ou non adaptée : « Au fait, je n’ai pas vu de table à langer ? » « Non, il y en a pas, je change le gamin dans la pièce où je suis : chambre, salon, … »
  • des gamins partout : « Il y a de la vie ici ! » « Oui, j’ai 3 enfants de 4, 6 et 8 ans ; je garde 2 bébés plus des périscolaires ». « Ah oui, ça commence à faire beaucoup. Ah, et tout le monde rentre le midi ». « Oui, mais ne vous inquiétez pas, j’ai 9 places dans mon véhicule ». « Euh ok ».
  • elle te pose la question qui tue : « Vous êtes sur que j’ai le droit de garder un enfant en plus ? » « euh … je ne sais pas, votre nom était sur la liste du RAM et il était indiqué que vous aviez une place de libre ». « Ah, je vais quand même appeler le RAM ». « Oui, ce serait une bonne idée … »

… enfin bref, ça ne sera pas elle mais tu restes par politesse.

Etape 4 : Tu désespères … mais tu continues d’appeler, tu n’as pas le choix … (en fait, cette étape peut arriver à plusieurs moment dans ta quête de la perle rare).

Etape 5 : En fait, tu recommences les étapes 2 et 3 …

Dans mon cas, après plusieurs échecs, j’en appelle une qui au téléphone me demande direct le prénom de ma terreur. Tiens, c’est la première qui s’intéresse à mon fils, c’est déjà une bonne chose.

On va la voir. On discute : « bla bla bla » et dans la conversation, elle me précise qu’elle garde le fils de Madame Machin qui travaille dans l’entreprise Truc. Coup de bol (ou plutôt : miracle), j’ai déjà travaillé avec cette personne, je la connais un peu. Je rentre chez moi, j’arrive à la contacter et elle m’assure que cette personne est formidable.

Miracle : C’est surement la perle rare ! C’est le bonheur ! Tu souffles !

Mais ta joie est de courte durée quand tu vois le contrat à remplir …

Alors, année complète, incomplète ? et justement, on le met combien de semaines chez l’ass mat ? (allo ? belle-maman, vous souhaitez venir garder la V1 ? oui ? combien de semaines ?) et comment on paye les congés payés ? … Bon, on ne comprend pas tout et pour être sur de ne pas faire d’erreur, on va au RAM avant de signer le contrat (et si tu lis cet article et que tu es concerné par ce sujet, je te conseille de faire pareil 😉).

Ouf, on s’en sort. C’est OK, la V1 commence à aller chez elle.

On a de la chance, ça se passe super bien. On est RAVI !!

Mais à la fin du mois, tu déchantes, il faut établir le salaire de l’ass mat. Même si le salaire est mensualisé, il change tous les mois à cause des indemnités d’entretiens. Il faut donc à chaque fois vérifier avec l’ass mat si on est bien d’accord avec le montant.

Et après, il faut faire la déclaration sur pajemploi (ah, quel site merveilleux …). Attention, les premières fois, on n’y comprend rien et on s’arrache les cheveux (et déjà qu’on en a perdu beaucoup après l’accouchement, c’est pas bon pour nous). Je mets quoi dans le nombre de jour travaillé ? et pour les congés payés ? Bref, c’est chiant (désolée pour ce terme vulgaire, mais c’est vraiment le mot) et il faut le faire tout les mois.

Et arrive le moment des congés. On avait l’habitude de partir hors périodes scolaires pour profiter des petits prix et du calme, et bien là, on oublie !! Bah oui, c’est l’ass mat qui choisit ces vacances, donc on doit s’arranger avec.

Mais, je dois l’avouer, elle est vraiment super. On en est persuadé, on a trouvé la perle rare.

Elle tient un carnet où elle indique toute la journée de la V1 : caca, pipi, dodo, manger, sorties, nombre de sourire, … (ce carnet permettant aussi de noter les jours de présence de la V1 et les horaires, il est très utile quand il faut établir le salaire).

On sent qu’elle s’investit pour lui. On a eu des cadeaux pour Noël, la fête des pères, des mères (et pas des colliers de pâtes !). La V1 a l’air épanoui. Ses enfants aiment bien jouer avec lui. Dès qu’il va y avoir un micro changement, elle nous prévient et nous demande notre avis. Elle l’emmène faire des activités au RAM.

Elle communique beaucoup avec nous et en tant que parent, ça nous rassure beaucoup. Ça nous fait presque oublier le parcours du combattant.

Six mois passent. Et là, elle nous annonce : « Mon mari est muté à Trifoulli ». Ah… c’est juste à 1190 km de chez nous… Noooooonnnn, on va devoir refaire le parcours du combattant !!!!! Heureusement, elle est cool, elle nous a prévenu bien en avance, on a 4 mois pour trouver quelqu’un …

Alors, c’est reparti pour la recherche …

Mais là, coup de bol, on apprend qu’une crèche va ouvrir dans 6 mois. C’est le bon moment, la V1 aura plus de 1 an, ça devrait bien se passer en crèche. On fait la demande de place et on l’obtient !!

On doit quand même trouver une nouvelle ass mat pour 2 mois. Mais là, je n’ai clairement pas trouvé la perle rare… Et oui, j’ai moyennement apprécié de retrouver un jour ma V1 dans un trotteur :

« il adore ça ! » « Euh oui, j’en doute pas mais c’est déconseillé. Vous savez, il y a une affiche sur les risques liés au trotteur dans les locaux du RAM ».

Ou sinon, un matin « la V1 a un rhume, il faudrait lui faire des lavages de nez dans la journée. » et le soir « je n’ai pas réussi à lui faire, c’est pas très grave ».

Je pense que dans l’ensemble, elle s’occupait bien de notre fils mais clairement, le courant n’est pas passé. Heureusement que c’était que pour 2 mois.

Bilan :

Avec une ass mat, l’employeur, c’est nous. On a donc toutes les contraintes : il faut trouver la perle rare (mais t’as même pas un CV pour t’aider à choisir), déclarer, payer, gérer les congés … j’ai trouvé ça très fastidieux. Par contre, quand ça se passe bien avec cette personne, on sent qu’elle prend plaisir à s’occuper du petit. Il est au calme et dans une ambiance très familiale. On en a pas eu besoin, mais je pense que si on lui avait demandé de nous le garder exceptionnellement une nuit ou un week-end, elle l’aurait fait.

Bref, soyons franc, si notre perle rare avait pu continuer à garder la V1, on aurait continué avec elle, ouverture de crèche ou pas ….

Mais on n’a pas eu le choix.

Et la crèche, on a trouvé ça comment ? Réponse très très bientôt !

Et pour vous, vous avez trouvé facilement une ass mat ? vous avez été satisfait ? ou vous avez du changer de mode de garde ?

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *