La prise en charge de l’intolérance au gluten

pain sans gluten

L’intolérance au gluten s’assortit souvent d’une « double peine » pour le malade, car non seulement cette pathologie, difficile à diagnostiquer, nécessite de suivre un régime alimentaire particulièrement restrictif, mais en plus, ce dernier s’avère être particulièrement onéreux, l’achat produit sans gluten se révélant bien plus coûteux ! Heureusement, la Sécurité Sociale a mis en place une procédure de prise en charge maladie cœliaque, soumise cependant à de strictes conditions.

Le diagnostic : une nécessité

prise-en-charge-securite-socialeAlléger sa facture d’aliments sans gluten est tout à fait envisageable, grâce au processus de remboursement maladie sécurité sociale. Cependant, celui-ci implique certaines obligations, dont la première : se faire diagnostiquer par un spécialiste (un gastro-entérologue). Ce diagnostic nécessite la réalisation d’une biopsie de l’intestin grêle, qui permettra de mettre en évidence l’atrophie de la paroi intestinale (preuve irréfutable de l’intolérance au gluten), et notamment de ses villosités. Le médecin traitant fera ensuite parvenir un dossier auprès de la caisse d’assurance maladie.

La prise en charge médicale

Lorsque l’intolérance au gluten est avérée, et que le médecin conseil de la C.P.A.M. a délivré son accord, le patient peut enfin profiter d’une prise en charge de ses achats. Deux cas se présentent : soit le malade bénéficie de l’article L324-1 (pour une affection « longue durée »), soit il bénéficie de l’article 71.4 avec la mention « refus », notifiant un remboursement aliments sans gluten partiel. Le système de ticket modérateur sera alors appliqué, certaines mutuelles acceptant cependant de le rembourser. En dernier recours (un refus total), une procédure d’appel pourra éventuellement être engagée.

Les produits sans gluten remboursés

La codification de la liste des produits remboursés a subi plusieurs modifications (dernier arrêté en date : celui du 25 mars 2004), notamment sur l’étiquetage qui doit maintenant comporter : un code à barres identifiant le produit, un libellé désignant le grammage et un tableau répertoriant le remboursement (avec la précision par tranche de poids, en fonction de la famille du produit sans gluten). Et ce, quel que soit le mode de distribution : magasin de diététique, vente par correspondance, grande surface, pharmacie, e-boutique spécialisée…

 

Si l’intolérance au gluten impose le suivi d’un régime particulièrement rigoureux et onéreux, la note peut néanmoins être allégée, grâce à la prise en charge financière de certains produits sans gluten. Et ce, même si le malade cœliaque doit en avancer les frais.

Laisser un commentaire